Les Sourds-Doués

Les Sourds-doués dans « Sur un malentendu »

Ils sont revenus sur scène, ces « quatre garçons dans le vent » au talent étonnant et inouï qui enchantent les spectateurs depuis 2011, par leur spectacle musical humoristique touchant, facétieux et d’une efficacité à toute épreuve.

Le quatuor des Sourds-doués  à cravate orange – pas de gilet jaune ! – nous plonge pour son deuxième spectacle musical dans les coulisses d’un concert. Sans un mot, clarinette, trompette, cor et clarinette basse s’y donnent la réplique avec virtuosité entre classique, jazz, tango, musique klezmer – tradition musicale instrumentale des Juifs ashkénazes d’Europe centrale et de l’Est – et extraits de B.O. (bandes originales de films).

Le choix éclectique des morceaux qui nous font passer de Piazzolla à Moussorgski en passant par des musiques de dessin animé ou de film comme Amélie Poulain, de Dvorak à Gershwin avec des clins d’oeil à Georges Van Parys, à Ennio Morricone ou au célèbre boléro de Ravel, permet d’apprécier la qualité de leur interprétation.

« Nous souhaitons rendre accessible le jazz et le classique au plus grand nombre. L’humour est un bon moyen de capter l’intérêt et de faire découvrir aux enfants la musique de Moussorgski, Gershwin ou Brubeck. C’est aussi un moment de partage avec le public, qui interagit souvent avec nous les soirs de concerts », souligne Adrien Besse, à la clarinette.

La mise en scène potache n’hésite pas à emprunter à la magie avec humour. Musique et burlesque des situations suffisent ici à capter l’attention et faire rire tout au long du spectacle.

Pour leur nouveau spectacle, ils se sont entourés d’une équipe de grands professionnels : du metteur en scène au magicien, de la chorégraphe au chef de chant, tous se sont totalement investis. Le pari est joliment réussi.

Spectacle atypique, « Sur un malentendu » choisit de nous raconter une histoire sans aucun

dialogue, sans un mot, mais en musique. C’est à travers leurs instruments que les Sourds-doués s’expriment, ils s’adressent les uns aux autres par les notes des clarinettes, du cor ou de la trompette et construisent une histoire drôle, émouvante et poétique.

Ces quatre garnements parlent avec leurs yeux, leurs bouches, leur physionomie. Leurs exercices d’acrobatie et de magie nous laissent perplexes. Sommes-nous au cirque ou au concert ? Nos quatre Sourds-doués, plus circassiens que musiciens ?

Que les mélomanes se rassurent, ils sont assurément des virtuoses qui ne vibrent qu’à travers leurs instruments,  clarinette, trompette, cor, clarinette basse, chacun s’identifiant à son instrument.

Comme des gamins dans une  cour de récréation, ils jouent sur scène, se querellent par instrument interposé, et s’éclaboussent les uns les autres. Avec beaucoup d’humour, les quatre musiciens nous embarquent dans leur univers musical particulier et nous amènent, petits et grands, jeunes et vieux de tous horizons et de toutes couleurs, à ouvrir nos oreilles et à décoincer nos zygomatiques !

Inclassables, les quatre musiciens Sourds-Doués n’ont rien perdu de leur humour, ni de leur exigence musicale. «Notre priorité reste la musique. Nous sommes tous des musiciens classiques professionnels. Mais notre ensemble est inédit dans le fait de mélanger les bois et les cuivres et de jouer sur scène des personnages qui ont un peu de mal à s’entendre », résume le trompettiste Pierre Pichaud.

Ces quatre compères ont tous un curriculum vitae impressionnant. Combien d’années ont-ils passées dans les conservatoires limougeauds et autres, avant de monter sur scène et de nous offrir ce spectacle musical humoristique, fruit d’un travail collectif, conçu pour toute la famille, indéniablement un incontournable.

Les Sourds-Doués sont comme de grands enfants passionnés. S’ils ont choisi l’option humour avec

leur « Sur un malentendu », pour les spectateurs, aucun malentendu car notre ancienne âme d’enfant rapplique au galop, dès le début de la soirée.

Aucun doute, si le public est unanime, c’est que nos Sourds-Doués, sorte de quatre ados à vie, sont des hyperdoués et pas du tout sourds aux applaudissements mérités et chaleureux de leur public.

On ne va pas voir les Sourds-Doués comme on va au concert. Le public est gagné par le jeu, oubliant la frontière entre la scène et la salle qui semble ne plus exister.

À l’issue de la représentation, les Sourds-Doués remercient le public et plaident pour la défense du spectacle vivant. Leur spectacle s’avère un excellent avocat de cette noble cause.

 

 

Photo

Dates et horaires
Du: 19 décembre 2018
Au: 5 janvier 2019
Informations pratiques
Adresse: Spectacle musical Théâtre Trévise 14, rue Trévise 75009 Paris
En métro:
  • Grands Boulevards ( L8-9) ou Cadet (L7)